PERDRE DES CUISSES. CHAPITRE 2

Que faire pour perdre du volume des cuisses ?

1) Toujours commencer par le régime.
Une période de deux à trois semaines de croisière an alternant 1 jour Protéines Pures et un jour de Protéines + Légumes. Eviter l’attaque qui risque de produire une perte trop rapide qui se ferait aux dépens de la partie supérieure du corps. Si la perte obtenue sur une cellulite facile et récente est acceptable, c’est la meilleure des solutions, non agressive, ne soyez pas trop perfectionniste.
Si vous n’êtes pas satisfaite, il faudra ajouter une action locale.

2) Eliminer les aliments riches en toxiques
Réduire le sel qui est pratiquement toujours en cause.
Il exerce une action irritante et caustique (mettre du sel sur une plaie).
Il attire l’eau et produit une rétention d’eau qui stagne dans les parties basses du corps et facilite la transformation de graisse simple en cellulite.
Supprimer l’alcool, un toxique majeur que le foie est obligé de neutraliser et qui, tant qu’il est dans le sang joue un effet sur la graisse des cuisses.
Eviter les fritures qui dégagent des polluants aromatiques, eux aussi stockés dans les graisses des territoires féminins. De plus ces dérivés aromatiques sont cancérigènes.
Evitez les fromages trop fermentés, en pré-décomposition et très riches en sel comme le Roquefort, les bleus et tous les fromages à très forte odeur.
Eviter la charcuterie industrielle qui est souvent chargée d’additifs, de conservateurs et aussi très riche en sel.

3) Il faut aussi penser au Microbiote qui joue aussi un rôle important dans la genèse de la cellulite. Pour améliorer le mode de fonctionnement du microbiote, il faut le repeupler avec des probiotiques et le nourrir avec des prébiotiques.
Les probiotiques sont des bactéries vivantes qui viennent s’ajouter à la flore souvent appauvrie. Ce qui permet de mieux digérer les aliments riches en fibres et en déchets. On trouve ces probiotiques en pharmacie soit sous forme de capsules (BIOK) ou incorporé à un jus de fruits (Oasis pause santé) ou à du Yaourt (Activia, Yoptimal) ou encore mieux le Kéfir car il contient 1 Milliard de bactéries par portion, bien mieux que la plupart des compléments ainsi que les aliments fermentés comme la choucroute.
Les prébiotiques sont des aliments qui nourrissent la flore et améliore son fonctionnement. Les plus usuels sont l’inuline extrait de la chicoré, l’ail, les oignons, asperges et artichauts.

Passons à l’action locale

En tout premier la Percutaféïne.
Il s’agit d’un gel anticellulite vendu en pharmacie.
Il contient un principe actif, la caféine connue pour son action brûle graisse.
Et une substance qui détient le pouvoir d’ouvrir suffisamment les pores de la peau pour faire passer de la caféine jusque vers la graisse environnante. Cette action est dite percutanée qui explique le nom du produit. Que peut-on en attendre ? Une modeste mais réelle et rare action qui est majorée par le régime.

2) Un cran de plus : le drainage et la pressothérapie des membres inférieurs. Cette action locale vise à désengorger les cuisses et les jambes de l’eau retenue dans les zones à cellulite. Ce drainage n’est efficace que si l’excès de volume des cuisses à cellulite est associé à une mauvaise circulation avec oedèmes et jambes lourdes.
Le Drainage se fait à la main et la pressothérapie par bottes gonflables. Ces deux approches visent à alléger les jambes et les cuisses en activant la circulation de retour. L’amélioration obtenue est immédiate mais temporaire et partielle car la sous l’effet conjugué de la rétention d’eau et d’une mauvaise circulation, les cuisses se regonflent progressivement les jours suivants. Néanmoins, au terme d’une cure on note une légère amélioration durable
3) Un cran de plusieurs : la Mésothérapie.
Il s’agit d’une pluie de petites piqûres qui associent un effet d’acupuncture et dans le même temps injectent des produits enzymatiques capables d’attaquer la cellulite. Le résultat là encore est modéré mais participe d’une coalition.
4) Un cran de plus : la Cryolipolyse.
C’est une Technologie qui utilise le froid intense de contact pour attaquer la membrane des cellules adipeuses jusqu’à les faire éclater. La graisse contenue dans les cellules à cellulite peut alors être digérée par des cellules nettoyeuses. Le problème de la cryolipolyse vient de résultats modérés pour un cout variant entre 150 euros et 300 euros par séance et que ces résultats nécessitent 3 ou 4 séances.

Activité Physique
C’est la solution le plus souvent utilisée et apparemment logique car elle cible les zones concernées.
La première est la musculation des cuisses. Des coachs sportifs ont trop souvent ce réflexe de faire travailler en force les muscles des cuisses en imaginant que cette combustion calorique s’exercera sur la graisse environnante. Le muscle brule le sucre du sang et jamais la graisse qui l’entoure. En revanche, travailler en force un muscle le développe et le fait grossir. L’effet visible est une augmentation du volume et de la masse des cuisses, un effet diamétralement opposé à ce que l’on recherche.

En revanche la musculation du buste souvent étroit du corps gynoïde des femmes à cellulite permet de remodeler le corps en atténuant le contraste entre le haut et le bas du corps.
En même temps travailler les membres inférieurs en vitesse et sans résistance permet de fuseler les cuisses et les jambes. Cela conduit à un remodelage du corps.
Le massage
Hormis le drainage lymphatique à visée circulatoire, le massage, par son action locale, est le soin le plus couramment utilisé sur la cellulite.
Il est dans tous les cas à éviter car, soit il est léger et ne sert à rien, soit il est fort et parfois même violent et il brise progressivement la résistance de la peau et du derme. Refuser absolument tout massage qui fait mal. Pour légitimer son action, le masseur invoquera un « décollement » de la cellulite et il aura raison mais décoller c’est forcer l’élasticité de la peau et aboutir à la pire de toutes les cellulite : la cellulite molle.

Enfin, pour finir sur un point d’optimisme. Il existe un moment magique pendant lequel la cellulite qui est une graisse emprisonnée peut abandonner son emprisonnement. Cela se passe au 3eme trimestre de la grossesse, un moment unique ou le corps, pour pourvoir à l’alimentation et à la vie du futur bébé à l’autorisation exceptionnelle de puiser la graisse partout où elle se trouve : c’est un moment où les impératifs de la féminité cèdent le pas à ceux de la maternité.
J’ai conduit une étude personnelle sur des patientes que j’ai suivies et qui, pour des raisons différentes, avaient peu grossi au cours des derniers trimestre de leur grossesse. 36 % d’entre elles, au cours de leur grossesse, avaient perdu des cuisses et une partie de leur cellulite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *